« L’imzad est aux Touareg ce que l’âme est au corps »

Publié le par Sauver l'Imzad

 (Feu Hadj Moussa Akhamok, Aménokal des Touareg)

L’Aménokhal Hadj Moussa Akhamok est mort le 28 décembre 2005, nous laissant la charge de relever le défi de « Sauver l’Imzad »…

L’imzad est une vièle monocorde, qui nous vient de la nuit des temps. Plus qu’un instrument, l’imzad est un symbole du pouvoir, suggérant une musique particulière vouée à un ordre social, à une organisation de l’espace et du temps.

Dassine la poétesse touarègue disait :
« Préfère à toute voix, préfère avec moi la voix de l’imzad, Le violon qui sait chanter, et ne soit pas étonné qu’il n’ait qu’une corde, As-tu plus d’un cœur pour aimer ? Mon imzad à moi est tout l’espace qui vous appelle ».


L'IMZAD, l'instrument

On ne peut mieux décrire l'imzad que ne l'a fait le Père de Foucauld dans son dictionnaire Touareg-Français t.III pp 1271-1272 :

« …L'imzad se compose essentiellement d'une calebasse demi-sphérique appelée «ateklas» ou «elkas» qu'on munit d'un manche de bois «tabourit» bâton (manche du violon), sur lequel on tend une peau «élem» et à laquelle on ajuste une corde «aziou» faite de crins de cheval ; un chevalet, formé de deux petits bâtons croisés et liés ensemble, «tiziouin» (petites tiges = chevalet du violon), maintien la corde au dessus de la peau du violon ; deux ouïes, dont chacune est appelée «tit» œil (ouïe du violon), sont pratiquées dans la peau, l'une à droite, l'autre à gauche du chevalet ; quelques rares imzad n'ont qu'une ouïe, placée soit à droite ou à gauche du chevalet; quelquefois les deux ouïes ou l'ouïe unique sont non pas à la hauteur du chevalet mais entre le chevalet et le manche ; dans ce cas, lorsqu'il n'y a qu'une ouïe, elle est habituellement sous la corde.

L'imzad n'a pas de cheville ; à chaque extrémité de la corde est attachée une mince lanière de peau, dont l'une passe sur l'extrémité …du manche et ensuite s'enroule autour et s'y noue, et dont l'autre s'accroche à l'extrémité… du baton qui sert de manche ; une fine lanière de peau «tessarit» ( étrangloir) qui est mobile et nouée au manche maintient la corde contre le manche jusqu'à une distance plus ou moins grande de l'extrémité (…) de celui-ci.

Le diamètre (…) de la peau sur la calebasse varie habituellement entre 20 et 50 cm. (…) On joue de l'imzad assis, l'instrument sur les genoux, la main gauche tenant le manche et pressant la corde,

la main droite tenant l'archet. L'archet taganhé est une baguette recourbée en forme de demi-cercle entre les extrémités de la quelle est tendue une corde aziou faite en crins de cheval ; le bois de l'archet est appelé «éserir» (bois)….

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article